Bienvenue sur www.kocko.fr
THEME_DESC_SEARCH
| A + A - |
Connexion    
 + Créer un compte

Menu principal

Recherche


Tabu Ley Rochereau devient vice-gouverneur

Enregistré dans : Non classéWebmaster | 5 août 2007 @ 11:12 (Views: 1222)

mercredi 16 novembre 2005 Jossart Muanza(AEM)

A la faveur d’un remue-ménage intervenu, entre autres à l’

Hôtel de ville, Pascal Tabu-Ley Rochereau, artiste musicien célèbre, devient vice-gouverneur de la ville de Kinshasa, sur décret présidentiel rendu public mardi soir, rapporte ce mercredi Radio Okapi. Une information relayée par différentes sources dont le Soft et Afriquecentrale.info ainsi que d’autres confrères de la presse locale et confirmée par l’un de nos correspondants qui a pu contacter l’instance concernée cette après-midi.

Chargé des questions politiques, administratives et socio-culturelles, le « seigneur » Rochereau est ainsi appelé à seconder Kimbembe Mazunga l’ancien ministre des Travaux Publics qui est nommé gouverneur de la ville de Kinshasa en remplacement de Jean Kimbunda.

NYOKA LONGO REAGIT A LA NOMINATION DE L’UN DE SES PAIRS

Par téléphone, en direct de Bruxelles, Jossart Nyoka Longo de Zaïko LL, l’un des premiers à réagir à la bonne nouvelle, a tenu, à son nom personnel ainsi qu’à celui de son groupe à présenter ses sincères félicitations à l’heureux élu.(Il compte par ailleurs prendre contact incessament avec le Seigneur Rochereau pour les lui présenter, de vive voix). Il forme le vœu de voir les autorités de la ville et du pays, en dehors de toutes considérations politiques, lui faciliter la tâche dans sa nouvelle mission.

Pour lui, ce « geste » ne représente certes que le 1/10 ème de ce que le pays devrait faire pour la promotion sociale des artistes et autres acteurs ayant participé à son rayonnement . Rien n’a été fait pour les célébrités comme Kakoko, Kibonge, Kembo, Kidumu ( sportifs de haut niveau)…, feux Luambo Franco, Docteur Nico ( artistes musiciens) Mobieme Mikanza ( directeur du ballet national), fait-il remarquer, et encore moins pour des écrivains comme Papa Lomami ou Bolamba. La présence de Tabu Ley aux affaires, dans une ville qui l’a vu grandir et qu’ il connaît mieux que quiconque , notamment dans son domaine), est plutôt un début dans la voie de la « reconnaissance » des personnalités issues du monde culturel comme acteurs à part entière de la société.

Par la même occasion, Nyoka Longo réitère son appel au ministère de la culture pour que celui-ci reprenne et assume pleinement le rôle qui est le sien dans la défense des intérêts des artistes par la mise en place des infrastructures nécessaires et la dotation d’un budget dont ils ont grandement besoin pour la bonne marche de leurs activités.

DINASTAR SHANGO AUSSI…

De l’avis de Dinastar Shango, artiste congolais vivant à Mulhouse en France, ” la nommination de Tabu-Ley, comme vice-gouverneur, n’est qu’une reconversion, qui peut intervenir dans la vie de tout un chacun “. Et d’ajouter : “Déjà, avant d’être artiste-chanteur, il existait en faissant autre chose dans sa vie. Et pourquoi pas après ?”

Dinastar pense qu’ “il est très tôt d’émettre une quelconque observation”. “Je jugerais l’homme dans ses nouvelles fonctions par les actes qu’il posera, au fil du temps. Il a donc le droit qu’on lui accorde “le bénéfice de doute”.

” En tant qu’artiste, j’attends de lui qu’il travaille dur, et ça ne sera pas gagné d’avance, pour que les jeunes Kinois (pour que les “schégués”, les artistes musiciens, en particulier, retrouvent le droit chemin ; c-à-d, qu’il doit lutter contre la dépravation des moeurs. Aussi, il faudrait que ceux qui travaille avec lui, lui donnent les moyens de réussir sa mission. Bon compositeur, moraliste, éducateur des masses, il n’a qu’à mettre tous ses atouts de son côté, pour réussir ses ambitions, à l’image d’autres artiste qui se sont lancés en politique. (ndlr. A l’image de Roberto Gil au Brésil, ou encore du Roi Pélé).

JEAN KIMBUNDA, SEVEREMENT CRITIQUE POUR SA MAUVAISE GESTION

L’ancien gouverneur de la ville déchu, Jean Kimbunda, fait-on observer, a été récemment été mis en cause pour sa mauvaise gestion de la ville et sévèrement critiqué entre autres pour sa fameuse opération « d’assainissement des mœurs » marquée par l’arrestation de plusieurs centaines d’enfants de la rue.

A en croire le Soft, Jean Kimbunda Mudikela avait par ailleurs l’injure facile, je cite « notamment face aux défenseurs des droits de l’homme et autres Citoyens r-dcongolais désireux de manifester à travers la ville et qu’il qualifiait sans cesse, sur des radios, même sur Rfi, de « voyous » pour qui « le gouverneur n’avait pas de temps à perdre ».

Ancien agent commercial du distributeur kinois des véhicules automobiles SOCIMAT (Mercedes), l’homme, toujours selon notre confrère Le Soft, « justifiait sa position à la tête de la ville par son appartenance au parti présidentiel kabiliste PPRD ».

Son successeur, Kimbembi Mazinga est membre du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, parti du président Kabila), tandis que Pascal Tabu Ley, est du RCD Rassemblement congolais pour la démocratie(l’ex-rébellion soutenue par le Rwanda ).

LE PARCOURS DE TABU LEY ROCHEREAU

Pascal Tabu Sinamuey dit Seigneur Rochereau a vu le jour en novembre 1940 à Bagata dans la province du Bandundu. Il fait ses débuts dans la chanson et obtient son premier prix alors qu’il est encore très jeune. Déjà, à l’âge de 15 ans, il excelle dans le chant et dans la l’écriture de textes. Avec l’appui de ses parents, il termine avec succès ses études commerciales et administratives en 1958, à l’école moyenne Saint Raphaël. Depuis, il va partager sa vie entre la musique et ses fonctions administratives. D’abord comme secrétaire administratif au Fonds du Bien-être indigène et ensuite à la Fonction publique où il est affecté dans l’enseignement provincial. Il assume également les fonctions de responsable administratif et financier à l’Athénée de Kalina (l’actuel Institut de la Gombe). Mais la musique est plus fort que lui. Dès son jeune âge, on le voit aux côtés de Joseph Kabasele Grand Kallé et déjà, en 1961, il se lance dans la carrière professionnelle. Il va ainsi entreprendre de nombreuses tournées à travers le monde et voler , au fil des années, de succès en succès et se forger une renommée de vedette internationale. Pour mémoire, Tabu Ley est le premier artiste noir à se produire à L’Olympia de Paris en 1970. Il a par ailleurs été le premier à avoir une troupe des danseuses chorégraphes. Sa carrière musicale est couronnée de nombreux prix et trophées. A son actif, Rochereau a, dans son répertoire de 1959 à ce jour pas moins de 300 œuvres.

SA VIE POLITIQUE EN BREF

Sous le règne de Mobutu, Tabu Ley préfère quitter le pays et s’installe aux Etats-Unis puis en Belgique. Tout au long de son exil, il mène un combat sans merci contre le régime dictatorial. Il attendra la chute de ce régime pour regagner le pays où il va immédiatement se lancer dans la vie politique parallèlement à ses activités artistiques. Il sera vite remarqué et nommé député à l’Assemblée consultative et législative Parlement de transition. Au cours d’une récente émission télévisée Pascal alias Tabu Ley a rappelé avoir milité dans le mouvement national congolais de Lumumba dans les années 1960. En 1993, il a créé la Force du peuple. Et le 4 octobre dernier, il faisait sa rentrée politique au Grand Hôtel Kinshasa. L’homme politique, Tabu Ley justifie son rapprochement avec le RCD par « la convergence de vues et d’opinions entre lui et ce parti ». A ses yeux, « les Congolais doivent oublier le passé et se tourner vers l’avenir dans la lutte pour l’amélioration des conditions de vie de la population. Tabu Ley entend mener sa carrière politique sans toutefois abandonner la musique.|

JM avec Le Soft /Afrique centrale/ L’Avenir

Laissez un commentaire

Désolé, vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.


Articles récents

Connexion

Archives