Bienvenue sur www.kocko.fr
THEME_DESC_SEARCH
| A + A - |
Connexion    
 + Créer un compte

Menu principal

Recherche

Thu-Zahina, le chaînon manquant de la musique congolaise.
Posté par Admin le 1/3/2010 16:00:00 (2436 lectures)

Vers la fin des années 60 et le début des années 70, une nouvelle vague a déferlé sur la scène musicale kinoise, vague qui inonda ensuite l’Afrique avec le style musical basé sur la guitare, communément connu sous le nom de soukous.

Entre l’époque des grands orchestres dirigés par Franco Luambo et Rochereau Tabu Ley et la nouvelle vague des orchestres de la famille Zaïko Langa-Langa, a existé un groupe « pivot » dont l’influence légendaire et le style novateur ont été les plus répandus hors de la RDC.

Thu-Zahina a été le groupe à l’origine de cette renaissance, c’est le chaînon manquant entre la rumba congolaise classique et la nouvelle rumba « soukous », le basculement de la première vers la deuxième.





L'orchestration majestueuse de cette nouvelle rumba est imprégnée d’un groove brut de Folk et Funk, avant d'être submergée par des riffs de guitare solo orgiaques.

Le son de cette nouvelle vague est clairement reconnaissable dans la magie déchaînée du guitariste solo Roxy Tshimpaka, qui a apporta plus tard son jeu caractéristique de guitare dans Zaïko et Choc Stars. Le style Roxy sera plus tard supplanté dans Thu-Zahina par celui de Thierry Mantuika.

La batteur Zicozaco, se plaisant dans le crépitement de son tambour piège « non-serré » , alimenta ces solos par une multitude de rythmes, tandis que l’attaque-chant était assuré par Abeli Kelly, Denis et Bruno Bonyeme, Hendryx Biluala, Juslin Makanga, Dezzy Bokanga, Frank Muntuana, pionniers de styles vocaux dont les arrangements harmoniques présageaient la nouvelle vague. Avec en support, Robot, Goby, Mukuna, Crusoe et une douzaine d’autres musiciens.

Thu-Zahina a été créé vers la fin 67 alors que ses membres étaient encore des lycéens de 17 à 19 ans en section Littéraires, Sciences, Education et Economie au Collège Albert 1er et l’Athénée de Kalina à Kinshasa.

Thu-Zahina signifie « Personne » en kimongo et « Ami » en kibemba. C’est le premier groupe composé uniquement de lycéens. Parmi les cofondateurs de Thu-Zahina, il y a Pela Simba, neveu de Rochereau. C’est ainsi, après quelques changements dans la composition, le groupe fut contacté par Rochereau qui les aida pour les répétitions et les conseilla pour leur 1er concert au « Marinel » en 1968.

Leurs premiers instruments, y compris la double basse verticale de Gégé, furent loués et mis à disposition par les Pères Jésuites, mais le succès fut presque instantané et après quelques mois ils purent en louer par leurs propres moyens. Ils jouaient tous les week-ends pour la « jeunesse montante » de 14 à 18h30 (matinées de mode et de danse pour les jeunes).
Leur charme était dû au rythme créé par une combinaison de la rumba congolaise, du « Jerk » et du « Rhythm’n’blues » et, naturellement, à leur jeune âge. Ils étaient le 1er groupe de jeunes de la génération post indépendance.

Leurs mentors et inspirateurs furent le groupe que les étudiants d’université en Belgique avaient créé en 1966 pour leurs loisirs, groupe appelé Los Nickelos.

La culture rumba congolaise était basée sur deux écoles portées, d’un côté par Franco et de l’autre par Kallé/Rochereau. Rochereau avait une grande influence sur la jeunesse la plus progressive tandis que la réhabilitation du folklore du Congo par Franco inspira cette même jeunesse pour revisiter un des rythmes les plus puissants de la terre.

Ajouté à ces ingrédients, l’instrumentation et la dynamique du Rhythm’n’blues américain ainsi que les pires excès du Western Rock, avec l’influence cosmopolite de Los Nickelos, le résultat fut un son rafraîchissant et optimiste.

Thu-Zahina fit ses premiers enregistrements en 1969 sous le label Phillips avec les chansons Lokoko, Denise, Lydie, Jeanie qui furent des hits. En 1970, ils signèrent avec Franco pour 15 chansons sous les Editions Populaires.

Environ 30 chansons furent produites durant cette période, la plupart sous leur propre label et d’autres par les Editions « KEJE », « Tembe na Tembe » et « Vévé ».

Le groupe était très populaire, particulièrement parmi la jeune génération. Les chansons telles que Lokoko, Diyoyo, Jetutu, Silibanda et Coup de chapeau étaient reprises dans toutes les écoles et clubs de jeunes. Souhaitant terminer leurs études et se considérant trop jeunes pour voyager seuls, les Thu-Zahina ne s’étaient jamais éloignés de Kinshasa. Leurs seuls voyages à « l’étranger » furent deux week-ends à Brazaville en 1971 et plusieurs séjours dans le Bas-Congo. 

En 1970, Thu-Zahina assista Zaïko Langa-Langa dans son lancement, lors des festivités du nouvel an 69/70. Zaïko fut créé chez Gégé Mangaya par son grand-frère Henri Mongombe et DV Moanda, membres du « Comité directeur » qui recruta Pépé Felly Manuaku, Jules Shungu, Teddy Sukami, Zamwangana et consorts.

Les relations de Thu-Zahina avec Franco étaient « excellentes » au début. En 1970, il produit 15 de leurs chansons en échange d’un équipement de musique. Mais en 1972, quand le contrat expira, Franco n’apprécia pas de les voir voler de leurs propres ailes et commença à déstabiliser le groupe.

A la fin de leurs études, certains membres quittèrent le groupe et d’autres musiciens et chanteurs furent recrutés. Mais la jalousie et la haine de « certains » groupes majeurs de Kinshasa (suivez le regard) sonnèrent le glas pour Thu-Zahina. Le « patronage » de Franco finit d’achever le Thu-Zahina : Gégé Mangaya et Thierry Mantuika furent débauchés pour l’OK Jazz. Gégé, le bassiste de Thu-Zahina, devint guitariste chez Franco.

Zaïko capta alors toute l’attention de la jeunesse, surtout avec l’apport et la maestria d’Anto Evoloko et Gina Efonge, transfuges de Map’s Iyambole.

Durant les six années de leur existence, Thu-Zahina déclencha une révolution totale dans le genre le plus excitant de la musique africaine, la rumba congolaise.

 

Composition du groupe

 

Chanteurs

Denis BONYEME

1967-1974

 

Bruno BONYEME

1967-1973

 

Dezzy BOKANGA

1967-1972

 

Kelly ABELI

1968-1973

 

Hendryx BILUALA

1968-1973

 

Frank MUNTUANA

1968-1974

 

Ghislain « Juslin » MAKANGA

1969-1972

 

Eddie KASSES

1969-1971

 

Dieudonné MOTO « James »

1969-1971

 

MANDALA

1970-1972

 

Soulemane MAKITU

1970-1974

 

 

Guitaristes

Olivier TSHOMBA « Sawa »

1967-1968

Solo

Bona NDEBO

1967-1968

Basse

Robot TUMBA

1967-1973

Rythmique

Gérard « Gégé » YOKA MANGAYA

1968-1974

Basse

Roxy TSHIMPAKA

1968-1972

Solo

Thierry MANTUIKA

1972-1974

Solo

BISELENGE

1972-1974

Rythmique

Goby SONGOLO

1972-1974

 

 

 

 

 

Batteurs

Zicozaco ESSABE

1967-1974

 

 

Conga / Tam-Tam

Rathos TUMBA

1967-1968

 

Bayard MUKUNA

1968-1974

 

Feros MULUMBA

1971-1974

 

 

Claviers

Crusoe MENGI

1969-1973

 

 

Cuivres


Deyesse EMPOMPO LOWAY

1969 & 1971

Collaboration Saxo

Rubens KUNSITA

1969 & 1971

Collaboration Saxo

LODDAK

1971-1973

Saxo

SENOE



Autres articles
1/2/2011 19:40:00 - Rumba, l’héritage Congo
1/1/2011 22:30:00 - Seigneur Rochereau !
1/10/2010 18:30:00 - Hommage à Ntesa Dalienst
30/9/2010 17:40:00 - Test du BlackBerry Torch
19/6/2010 9:13:00 - Evoloko Jocker, Manuaku Waku et Gina Efonge sur le marché du disque au mois d’août

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Articles récents

Connexion

Archives